Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 21:19















Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 15:29

















Peut-être avons-nous honte aujourd'hui de nos prisons. Le XIXe siècle, lui, était fier de ses forteresses qu'il construisait aux limites et parfois au cœur des villes. Il s'enchantait de cette douceur nouvelle qui remplaçait les échafauds. Il s'émerveillait de ne plus châtier les corps, et de savoir désormais corriger les âmes. Ces murs, ces verrous, ces cellules figuraient toute une entreprise d'orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D'où vient cette étrange pratique et le curieux projet d'enfermer pour redresser, que portent avec eux les Codes pénaux de l'époque moderne ? Un vieil héritage des cachots du Moyen Age ? Plutôt une technologie nouvelle : la mise au point, du XVIe au XIXe siècle, de tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois " dociles et utiles ". Surveillance, exercices, manœuvres, notations, rangs et places, classements, examens, enregistrements, toute une manière d'assujettir les corps, de maîtriser les multiplicités humaines et de manipuler leurs forces s'est développée au cours des siècles classiques, dans les hôpitaux, à l'armée, dans les écoles, les collèges ou les ateliers : la discipline. Le XVIIe siècle a sans doute inventé les libertés ; mais il leur a donné un sous-sol profond et solide - la société disciplinaire dont nous relevons toujours. La prison est à replacer dans la formation de cette société de surveillance. La pénalité moderne n'ose plus dire qu'elle punit des crimes ; elle prétend réadapter des délinquants. Voilà deux siècles bientôt qu'elle voisine et cousine avec les " sciences humaines ". C'est sa fierté, sa manière, en tout cas, de n'être pas trop honteuse d'elle-même : " Je ne suis peut-être pas encore tout à fait juste ; ayez un peu de patience, regardez comme je suis en train de devenir savante. " Mais comment la psychologie, la psychiatrie, la criminologie pourraient-elles justifier la justice d'aujourd'hui, puisque leur histoire montre une même technologie politique, au point. où elles se sont formées les unes et les autres ? Sous la connaissance des hommes et sous l'humanité des châtiments, se retrouvent un certain investissement disciplinaire des corps, une l'orme mixte l'assujettissement et d'objectivation, un même " pouvoir-savoir ". Peut-on faire la généalogie de la morale moderne à partir d'une histoire politique des corps ?.

Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 15:15
























 











And I guess that I just dont know







































































































And thank God that I just don't care


















































































































Away from the big city








































































































Oh, and I guess that I just dont know

Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 19:49










Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe ? D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va ?



















Denis qui?

Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 12:35


Ces derniers temps, j'ai pris l'habitude de me promener avec Brel en bracelet.
Alors que toi, tu es bien vivant.
Ca peut sembler étrange en effet, mais le contexte y est toujours favorable.
On était pas du même bord, mais on cherchait le même port.







Il me contamine.
Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 12:49


La plage est le seul lieu de jouissance découvert dans la nature par l’espèce humaine



Une Citroen C5 roule sur l'A9, regagnant un pavillon en proche banlieue parisienne. Sur le siège en cuir, Gerard, 53 ans, cadre commercial chez Sodébo, allume son téléphone portable (un IPhone blanc chromé: tellement pratique, et surtout tellement design, ah, ils sont bons les gars de chez Apple!), branche son kit main libre (l'an dernier, son ami et collègue Antoine s'est fait chopper par les flics, 2 points de permis en moins, alors tu comprends, je prends mes précautions: la voiture, c'est mon outil de travail), effleure l'écran afin de chercher le numéro de Philippe, 45 ans, vendeur de voiture célibataire et bisexuel à Reims, ce Philippe, toujours le mot pour rire, et le coeur sur la main, Philippe, un proche ami rencontré l'an dernier au Cap d'Agde.

"Allo Philippe? Oui, c'est Gerard, ça va? (...) Ah oui ça doit être magnifique la Tunisie. Ma fille y est allée avec son mari l'an dernier, dans un club "all inclusive" tu sais, et bien c'était pas cher du tout! (...) Oui tu as raison j'y songe aussi, c'est vrai que c'est plus interessant. (...) 12 euros la cartouche de Malboro à Tunis?! Quelle bonne affaire! Nous tu sais, on était à Perpignan cet été, c'est à côté de l'Espagne! Et bien la cartouche a augmentée cette année tu sais, on est allé au Perthus, 35 euros la cartouche de Gauloises, je te dis pas la déception! (...) Enfin de toute façon il faudrait que j'arrête de fumer. (...)  Oui elle va bien, je lui ai trouvé un emploi de secrétaire de direction dans la boite, elle s'en sort plutôt bien. (...) Ah! Josianne va bien aussi. Oh tu sais ce qu'on a fait mercredi dernier? On est allé à Torreilles, tu sais la plage naturiste (...) Oui un temps ma-gni-fi-que! On a retrouvé Marie et Jean-Claude, tu sais le couple de médecins qui habitent à Montpellier. Oh tu sais, quelle salope cette Marie! on a partouzé sur la plage, c'était chaud comme dans un Dorcel! (...) Ben oui les trucs habituels: pipe puis ejac' faciale, tournante... (...) Ah oui, toujours autant de pédés sur cette plage! Oh tu sais moi ce que je pense sur ça... (...) Exactement, des gens comme nous! Enfin. Ah merde, un radar (...) non ça va j'étais à 130. C'est très pratique ce régulateur de vitesse. (...) Tu es allé au cinéma recemment? Ah oui moi aussi je l'ai vu. Josianne adore Christophe Honoré! Et puis le cul d'Emma de Caunes, quand même, quel délice! (...) Oui ça se passe au festival d'Avignon. On y est allé l'an dernier, c'était plutôt pas mal. (...) Mais quel fada celui là! je te jure il devait rouler au moins à 160. Qu'il s'étonne pas qu'il ait les flics au cul après!
Bon je te laisse. On se fait un resto à Paris hein? allez, porte toi bien!"
 


...





...


On enlève polos Lacostes et lunettes Dior, on garde cependant les permanentes décolorées.

Hippie à temps partiel.

Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 12:33



L'habitude, avec sa temporalité inauthentique parce qu'anhistorique, ne ferait rien d'autre que de reproduire et de perpétuer les rapports de domination. La quotidienneté est une sorte de dépôt souterrain dans lequel se sédimentent les conventions et les mensonges du pouvoir. Là se trouve la barrière qui empêche à la fantaisie et l'inventivité de trouver les voies pour une propre expression autonome.




Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 15:12





Madame promène son cul sur les remparts de Varsovie
Madame promène son coeur sur les ringards de sa folie
Madame promène son ombre sur les grand-places de l'Italie
Je trouve que Madame vit sa vie
Madame promène à l'aube les preuves de ses insomnies
Madame promène à cheval ses états d'âme et ses lubies
Madame promène un con qui assure que Madame est jolie
Je trouve que Madame est servie

Tandis que moi tous les soirs
Je suis vestiaire à l'Alcazar

Madame promène l'été jusque dans le Midi de la France
Madame promène ses seins jusque dans le Midi de la chance
Madame promène son spleen tout au long du lac de Constance
Je trouve Madame de circonstance
Madame promène son chien un boudin noir nommé Byzance
Madame traîne son enfance qui change selon les circonstances
Madame promène partout son accent russe avec aisance
C'est vrai que Madame est de Valence

Tandis que moi tous les soirs
Je suis barman à l'Alcazar

Madame promène son cheveu qui a la senteur des nuits de Chine
Madame promène son regard sur tous les vieux qui ont des usines
Madame promène son rire comme d'autres promènent leur vaseline
Je trouve que Madame est coquine
Madame promène ses cuites de verre en verre de fine en fine
Madame promène les gènes de vingt mille officiers de marine
Madame raconte partout que l'on m'appelle tata Jacqueline
Je trouve Madame mauvaise copine

Tandis que moi tous les soirs
Je suis chanteuse légère à l'Alcazar

Madame promène ses mains dans les différents corps d'armée
Madame promène mes sous chez des demi-sels de bas quartier
Madame promène carrosse qu'elle voudrait bien me voir tirer
Je trouve que Madame est gonflée
Madame promène banco qu'elle veut bien me laisser régler
Madame promène bijoux qu'elle veut bien me faire facturer
Madame promène ma Rolls que poursuivent quelques huissiers
Je trouve que Madame est pressée

Tandis que moi tous les soirs
Je fais la plonge à l'Alcazar.

Madame promène son cul sur les remparts de Varsovie
Madame promène son coeur sur les ringards de sa folie
Madame promène son ombre sur les grand-places de l'Italie
Je trouve que Madame vit sa vie
Madame promène à l'aube les preuves de ses insomnies
Madame promène à cheval ses états d'âme et ses lubies
Madame promène un con qui assure que Madame est jolie
Je trouve que Madame est servie

Tandis que moi tous les soirs
Je suis vestiaire à l'Alcazar

Madame promène l'été jusque dans le Midi de la France
Madame promène ses seins jusque dans le Midi de la chance
Madame promène son spleen tout au long du lac de Constance
Je trouve Madame de circonstance
Madame promène son chien un boudin noir nommé Byzance
Madame traîne son enfance qui change selon les circonstances
Madame promène partout son accent russe avec aisance
C'est vrai que Madame est de Valence
Madame promène l'été jusque dans le Midi de la France
Madame promène ses seins jusque dans le Midi de la chance
Madame promène son spleen tout au long du lac de Constance













Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 14:22










Wanneer de Noordzee koppig breekt aan hoge duinen
En witte vlokken schuim uiteen slaan op de kruinen
Wanneer de norse vloed beukt op het zwart basalt
En over dijk en duin de grijze nevel valt
Wanneer bij eb het strand woest is als een woestijn
En natte westenwinden gieren van venijn
Dan vecht mijn land, mijn vlakke land.

Wanneer de regen daalt op straten, pleinen, perken
Op dak en torenspits van hemelhoge kerken
Die in dit vlakke land de enige bergen zijn
Wanneer onder de wolken mensen dwergen zijn
Wanneer de dagen gaan in domme regelmaat
Een bolle oostenwind het land nog vlakker slaat
Dan wacht mijn land, mijn vlakke land

Wanneer de lage lucht vlak over het water scheert
Wanneer de lage lucht ons nederigheid leert
Wanneer de lage lucht er grijs als leisteen is
Wanneer de lage lucht er vaal als keileem is
Wanneer de noordenwind de vlakte vierendeelt
Wanneer de noordenwind er onze adem steelt
Dan kraakt mijn land, mijn vlakke land

Wanneer de Schelde blinkt in zuidelijke zon
En elke Vlaamse vrouw flaneert in zonjapon
Wanneer de eerste spin zijn lente-webben weeft
Of dampende het veld in juli zonlicht beeft
Wanneer de zuidenwind er schatert door het graan
Wanneer de zuidenwind er jubelt langs de baan
Dan juicht mijn land, mijn vlakke land








Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 12:45









Broke the line






 

Repost 0
Published by JOHN
commenter cet article